Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Renseignements sur le PAC

Titre Thermal Degradation of Polymeric Materials and Joints for Heat Exchanger Applications
Titulaire de la subvention Pearl Sullivan, Département de génie mécanique et mécatronique
Université University of Waterloo
Partenaire industriel Dana Canada Corporation
Montant de la subvention 115 000 $ sur deux ans
Résumé du projet L’utilisation accrue de matières plastiques dans la fabrication de pièces automobiles a permis de réduire considérablement le poids des véhicules. Cette tendance pourrait se poursuivre si davantage de pièces en métal, par exemple les échangeurs thermiques, étaient remplacées par des pièces en plastique. Bien que quelques échangeurs thermiques en plastique aient été brevetés, aucun n’a encore été commercialisé et ce, en raison d’un obstacle majeur : les connaissances limitées sur la résistance des matières plastiques à la dégradation et, en particulier, des joints en plastique qui sont exposés à des liquides tels que le liquide de refroidissement, l’eau et l’huile à haute température. Les matières plastiques doivent résister à la corrosion et à la dégradation chimique, mais comme elles ont des propriétés mécaniques et physiques viscoélastiques, leur stabilité dimensionnelle et structurelle à long terme constitue la principale préoccupation lorsque l’on évalue la durabilité des pièces.

Dans le cadre de ce projet, les partenaires espèrent découvrir une matière plastique appropriée et une méthode d’assemblage qui permettraient de créer un échangeur thermique en plastique viable. Ils compareront le polyamide – connu sous le nom commercial de nylon – avec le polyéthersulfone à rendement élevé. Le nylon semblait être un matériau prometteur pour les échangeurs thermiques, mais il n’a jamais été étudié à fond. Bien que le polyéthersulfone soit commercialisé depuis quelque temps, son utilisation a été restreinte en raison des coûts relativement élevés. Grâce à ce projet, on pourra évaluer la possibilité de l’utiliser dans les environnements automobiles hautement corrosifs et la faisabilité des procédés de fabrication. Les résultats de cette étude expérimentale complète permettront de mieux connaître la durabilité à long terme du matériau et la viabilité des joints fabriqués à l’aide de méthodes de soudage de pointe.